Geoproject

Une ville de papier – Olivier HODASAVA

10-03-2020
Qu’est-ce qui relie un jeune cartographe new-yorkais des années 1930 fou amoureux de sa jeune épouse, Walt Disney dans les années 1950 ?

« Tu vois, quand on fabrique une carte, quelle que soit la carte, on ajoute un élément fictif, une ville par exemple, une ville qui n’existe pas. On appelle ça une ville de papier – c’est joli, non, comme terme ? Tu ne trouves pas ? Ou sinon aussi, de façon plus technique, mais c’est moins joli, on appelle ça un Copyright Trap. On en met sur toutes les cartes, tu vois. Comme ça, si quelqu’un vient à nous copier sans autorisation, il copie aussi notre ville imaginaire et alors on peut le prouver et, si nécessaire, attaquer en justice. »

Une ville de papier
Une ville de papier

Qu’est-ce qui relie un jeune cartographe new-yorkais des années 1930 fou amoureux de sa jeune épouse, Walt Disney dans les années 1950, une élection de miss, Alfred Hitchcock et un épisode de Twilight Zone, Stephen King dans les années 1970, un écrivain des années 2010, narrateur de ce récit… ?

Début des années 1930, dans un restaurant new-yorkais. Le patron de la General Drafting, entreprise de cartographie routière, charge son meilleur employé, Desmond Crothers, d’ajouter sur la carte du Maine une ville fictive destinée à protéger la carte d’une éventuelle copie non autorisée. Ainsi née Rosamond, union des prénoms de Desmond Crothers et de sa future épouse Rosamelia, et située à égale distance de leur lieu de naissance respectif. Pour leur voyage de noce, il va même jusqu’à faire graver une plaque qu’il dépose à l’endroit même de la ville imaginaire.
Quelques 30 ans plus tard, une carte routière de Texaco est éditée mentionnant la ville de Rosamond. Contre toute attente, la General Drafting intente un procès et le perd. La raison : un commerce a été ouvert à cet endroit-même sous le nom de « Rosamond General Store »…

Roman ou véritable enquête documentaire… L’écriture chaleureuse est si fine et la composition si réaliste qu’on peut en douter. Mais cette histoire, inspirée de la véritable « naissance » de la ville d’Agloe, sort directement de l’imagination d’Olivier HODASAVA, fasciné depuis son enfance par les cartes routières. Passion qui l’a mené à créer son propre blog, Dreamlands Virtual, afin de lier l’outil géographique et la création littéraire. Il est également l’un des fondateurs de l’OuCarPo (Ouvroir de cartographie potentielle).

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux ; les propos divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne ou utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans autorisation et mention de la source. Les commentaires sont modérés a posteriori par un administrateur du site. Nous vous remercions pour votre compréhension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *