Geoproject

La représentation cartographique des données en temps de crise

11-04-2020

Voici un article riche d’enseignement publié sur le site du Carnet du Néocartographique 1 par Françoise Bahoken chargée de recherche 2 et rédactrice en chef de ladite revue. L’article interroge la façon dont sont conçues et diffusées les cartes sur le web et plus particulièrement celles qui rendent compte d’une crise sanitaire comme la pandémie mondiale que nous sommes en train de vivre.

Des cartes sur le web

Pour introduire son propos, la chercheuse s’appuie sur le contenu du site Cartonumérique(s) numérique(s)3 qui recense et étudie les cartes produites sur le web. Elle constate que la plupart d’entre-elles émanent de la société civile. Elle remarque également que cette production massive de cartes a été rendue possibles grâce aux applications cartographiques de plus en plus simples à utiliser et que leur communication au public se fait au détriment d’une information scientifique de qualité.

Le rouge et le noir dominent sur les cartes reprises et diffusées par les médias
Le rouge et le noir dominent sur les cartes reprises et diffusées par les médias

Elle relève en effet qu’il est rare que ces cartes soient directement produites par les chercheurs. Elles sont plutôt le fruit du travail de designers de l’information, qui trouvent rapidement les données de santé publique, laissant leur mise en scène à la toute puissance de l’algorithme. Ces données sont saisies avec peu d’informations sur le contexte et les raisons de la crise, ce qui rend la lecture potentiellement anxiogène.

Derrière ces usages de la carte numérique générée par la société civile, Françoise Bahoken s’interroge sur la qualité de la médiation numérique de l’information scientifique.

La plateforme Nextsrain

Françoise Bahoken présente la plateforme Nextsrain 4 qui à ses yeux réunit plusieurs qualités essentielles pour s’informer en temps de crise et réfléchir à des stratégies de prévention. Cette plateforme a été élaborée par une équipe de chercheurs de l’université de Bâle et s’attache à suivre les différentes épidémies et les mutations génétiques des virus en fonction des lieux où ils ont été décrits et analysés. Les données issues des laboratoires et des centres de recherches sont gérées en libre accès par la plateforme GISAID 5.

La plateforme nextstrain
La plateforme nextstrain

Des outils de cartographies accessibles en open source

Françoise Bahoken poursuit sa réflexion sur le fait que cette plateforme, ainsi que les outils d’analyses de l’évolution des génomes du virus, sont accessibles en open source, avec notamment l’utilisation de la licence Gnu Affero qui oblige celui qui modifie le code à le partager.

L’auteur montre les différents apports qu’offre cette cartographie numérique et interactive. Une information distillée sobrement, qui semble suivre les échanges commerciaux de la mondialisation. L’interface est divisée en deux parties : la partie de gauche est dédiée à l’étude de l’évolution du virus et de ses embranchements (Phylogenie) en fonction d’un critère défini (age, pays, sexe, date). Sur la partie de droite, une animation permet de suivre régulièrement l’évolution de la pandémie.

Cette réflexion s’inscrit dans une lecture critique des usages de la carte, mais s’interroge aussi sur leur finalité et le degré d’ouverture des chercheurs quant au fait de partager l’information la plus fiable possible.

  1. le site peut être consultable ici https://neocarto.hypotheses.org/ Néo carto s’intéresse aux usages numériques de la carte. Consulté le 11 avril 2020
  2. Pour en savoir plus sur le parcours de Françoise Baboken c’est ici https://socgeo.com/2019/05/07/francoise-bahoken-la-question-des-routes-est-emblematique-de-mon-parcours
  3. https://cartonumerique.blogspot.com/2020/01/cartographie-epidemies.html
  4. https://nextstrain.org/
  5. https://www.gisaid.org/

Merci de prendre connaissances de nos règles d'usage avant de publier un commentaire.

Le contenu des commentaires ne doit pas contrevenir aux lois et réglementations en vigueur. Sont notamment illicites les propos racistes, antisémites, diffamatoires ou injurieux ; les propos divulguant des informations relatives à la vie privée d’une personne ou utilisant des œuvres protégées par les droits d’auteur (textes, photos, vidéos…) sans autorisation et mention de la source. Les commentaires sont modérés a posteriori par un administrateur du site. Nous vous remercions pour votre compréhension.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *